Lanterne Japonaise

Que ce soit pour créer un jardin japonais moderne ou traditionnel, la lanterne japonaise reste un élément de décoration incontournable et un symbole fort.

Origine de la lanterne japonaise

Comme beaucoup d'autres éléments de l'architecture traditionnelle japonaise, ces lanternes japonaises sont originaires de Chine.

Situées en avant du temple, leur fonction est cultuelle. Originellement en bois, il en existe un grand nombre de variétés en pierre.

Au Japon, les tōrō sont à l'origine employés seulement dans les temples bouddhistes où ils sont alignés et éclairent les chemins. Les lanternes allumées sont alors considérées comme une offrande à Bouddha.

Durant l'époque de Heian (794-1185) cependant, ils commencent à être utilisés dans les sanctuaires shinto et les résidences privées.

Durant l'époque Azuchi Momoyama (1568-1600), les lanternes japonaises en pierre sont rendues populaires par les maîtres du thé qui les utilisent comme décoration dans les jardins. Bientôt ils commencent à développer de nouveaux types en fonction de la nécessité. Dans les jardins modernes, ils ont une fonction purement ornementale et sont disposés le long des chemins, près de l'eau ou à côté d'un bâtiment.

La lanterne japonaise se compose de trois parties superposées : un socle qui correspond à la terre, une partie médiane ajourée et de forme généralement hexagonale, qui correspond à l'homme ou au monde intermédiaire, et un chapeau surmonté d'une boule, correspondant au ciel ; le motif du lotus s'y trouve souvent associé.

On dit que ses ouvertures correspondent aux trois luminaires célestes : le soleil, la lune et les étoiles...

Elles peuvent sans doute également êtres mises en relation avec les trois hypostases majeures du Bouddhisme : Amida, Kannon et Seishi.

lanterne japonaise
lanterne japonaise posée sur un rocher dans un jardin japonais à kyoto
lanterne japonaise

Structure d'une lanterne japonaise en pierre

Les éléments traditionnels d'une lanterne de jardin en pierre (ou en bronze) sont :

  1. hōju ou hōshu ( le joyau )
  2. ukebana ( fleur de réception )
  3. kasa ( parapluie )
  4. hibukuro ( sac à feu )
  5. chūdai ( plateforme centrale )
  6. sao ( poteau )
  7. kiso ( fondation )
  8. kidan ( plateforme de base )

Comme indiqué ci-dessus, la structure de la lanterne japonaise est destinée à symboliser les cinq éléments de la cosmologie bouddhiste

Différents styles pour la lanterne japonaise

Yukimi

Les yukimi-dōrō ou lanternes à pattes ont comme base non pas un poteau mais de un à six pieds incurvés. Relativement bas, ils sont utilisés exclusivement dans les jardins. Leur emplacement traditionnel est près de l'eau. Ce type de lanterne a probablement été développé au cours de l'époque Azuchi Momoyama, mais les plus anciens exemples existants, qui se trouvent à la villa impériale de Katsura à Kyoto, ne remontent qu'aux débuts de l'époque d'Edo.

Nozura

Les nozura-dōrō sont des lanternes faites avec des pierres rugueuses, non polies.

Tachidōrō

Ce sont des lanternes sur pied, la base est toujours présente et le foyer est décoré de sculptures de cerfs ou de pivoines. Il en existe plus de 20 sortes.

ikekomi-dōrō

Ce sont des lanternes enfouies, de taille moyenne dont le poteau ne repose pas sur une base, mais va directement dans le sol. En raison de leur taille, elles sont utilisées le long des chemins ou près des bassins de pierre dans les jardins japonais.

Oki-dōrō

Ce sont des lanternes mobiles qui reposent sur le sol, et ne sont fixées en aucune façon. Elles sont très largement utilisées autour des entrées des maisons et le long des chemins.

*Une Oribe tôrô est une lampe japonaise extérieure et son invention est attribuée à FURUTA Oribe (1543-1615), grand seigneur et notamment maître de la cérémonie du thé.

Vous souhaitez obtenir l'aide d'un spécialiste du jardin japonais ? Contactez-nous.


Créer un jardin japonais avec une lanterne japonaise

Contact