Saiho-ji

Selon la tradition du temple, le site fut tout d'abord la résidence de vacances du prince Shōtoku.

Les origines du temple du Saiho-ji

Un prêtre de l'époque de Nara, Gyoki Bosatsu, qui fonda 49 temples dans les provinces centrales, le transforma ensuite en un temple consacré au bouddha Amitabha. Le temple s'appelait déjà à l'origine Saihō-ji mais les caractères utilisés étaient différents des caractères actuels (en japonais, 西方寺, « temple de la direction de l'ouest »).

Quelques siècles plus tard, au début de l'époque de Muromachi, le grand prêtre du temple voisin de Matsuo-jinja, Fujiwara Chikahide, voulut remettre à neuf le temple de Saihō-ji. Dans la seconde année de la période Rekio (1339), il se retira dans le temple pour se consacrer à la prière. Il y eut la révélation qu'il devait confier la direction du temple au distingué prêtre Muso Kokushi du temple Rinsen-ji.

Muso Kokushi célèbre architecte paysagiste de l'époque

Muso accepta et s'installa au Saihō-ji. C'est lui qui dessina le jardin d'après ses propres goûts. Appréciant l'art du jardin japonais et ayant des talents dans ce domaine, il mit tout son cœur dans ce travail.

Le temple fut incendié pendant la guerre d'Ōnin et inondé deux fois pendant la période Edo. Il tomba en ruine. On pense que la culture des mousses est une tradition datant de la fin de la période Edo.

Jusqu'en 1977, les visites du temple étaient libres. Mais en raison des dégâts occasionnés aux mousses, des mesures ont été prises pour faire baisser le nombre de visiteurs. À partir de cette date, une demande écrite et une offrande au temple furent exigées pour le visiter. Le nombre de touristes diminua. Maintenant, la ponctualité des chants religieux et un petit exercice de calligraphie font partie des obligations de chaque visiteur, l'immergeant dans l'ambiance du temple.

Un sentier serpente le long de la rive est de l'étang, puis conduit à une maison de thé construite en 1928 pour que les visiteurs puissent se rafraîchir. C'est le Tanhoku-tei, d'après l'un des bâtiments originaux de Muso.

Le jardin est méticuleusement entretenu. Comme souvent, les basses branches des conifères ont été coupées. Ce jardin est parfait pour celui qui recherche l'éveil du bouddhisme zen.

Muso Soseki est décrit comme l'un des premiers concepteurs de jardins parmi les plus influents, mais on n'en sait guère davantage.

Bouddha amida

Amida Nyorai (sanskrit : Amitabha Tathagata), le bouddha de la lumière illimitée, est assis sur un piédestal de lotus avec ses mains formant le mudra de la méditation.

Amida préside à son propre paradis, la Terre Pure de l'Ouest, où il accueille tout être qui invoque son nom. Son regard bienveillant, dirigé vers le spectateur ci-dessous, est symbolique de cette compassion sans limites.

Les sectes de la Terre Pure du bouddhisme, avec leur insistance sur le salut par la foi, ont éveillé l'imagination des courtisans et des roturiers, et des temples dédiés à Amida ont été construits dans tout le Japon.

Amida japonaise est le grand bouddha sauveur. Comme le rapportent les Sukhavati-vyuha-sutras (les écritures fondamentales des sectes de la Terre Pure), il y a de nombreuses années, un moine nommé Dharmakara a fait un certain nombre de vœux, dont le 18 promettait qu'une fois devenu bouddhéité, tous ceux qui avaient foi en lui et qui invoquait son nom renaîtrait dans son paradis et y résiderait dans la félicité jusqu'à ce qu'ils aient atteint l'illumination.

Ayant accompli ses vœux, Dharmakara régna en tant que bouddha Amitabha dans le Paradis occidental, appelé Sukhavati, la Terre Pure.

Le prince Shōtoku

À la naissance du prince Shotoku, le Japon n'était guère plus qu'une rive peuplée de hordes barbares. Au moment de sa mort, cependant, le bouddhisme était la religion d'État et l'âge d'or avait commencé.

Le bouddhisme était venu au Japon du royaume coréen de Paekche cinquante-deux ans auparavant, mais il n'avait pas été adopté de manière significative. Le grand-oncle du prince, bien qu'étant lui-même un peu barbare, était devenu un étudiant du bouddhisme mahayana à cette époque, et c'est à cause de son influence que le prince Shotoku, en tant que jeune garçon, a commencé à mémoriser des textes bouddhistes.

Parce que le clan Soga luttait toujours pour rester au pouvoir, le prince a prié les quatre rois gardiens bouddhistes (les Shitenno) et leur a promis un temple impérial officiel en leur honneur s'ils l'aidaient à mettre fin aux conflits dans la région. Comme en réponse, le chef du clan rival du prince a été tué au combat et le clan Soga a finalement pu obtenir son siège.

Tenant sa parole aux rois gardiens, Shotoku a commencé la construction de leur temple, Shitenno-ji (Temple du Shitenno), en 593. Lorsque ce temple a été terminé, il a commencé la construction d'un deuxième, à Nara, où il est né, qui s'appelle Horyu-ji.

Il construisit encore un autre temple près d'Osaka pour que tous ceux qui voyageaient à l'intérieur et à l'extérieur du Japon puissent le traverser, et un autre temple, Tenno-ji, qui contenait un collège, un monastère, un hôpital et un asile. Tenno-ji est devenu un modèle pour les futurs complexes de ce type.

Bien que le fait ait été contesté, de nombreux érudits disent que le prince Shotoku a construit 45 temples dans la région de Nara-Osaka, dont la plupart n'étaient pas seulement utilisés comme centres religieux, mais aussi comme écoles. Pendant cette période de construction du temple, le prince Shotoku a commencé à étudier le bouddhisme sous la direction de deux moines coréens.

Dix ans après que le prince a pris le pouvoir, il a publié ce qu'il a appelé sa Constitution en dix-sept articles, qui n'était pas tant un document juridique qu'un traité moral, basé sur le confucianisme et le bouddhisme, que les gens considèrent comme le fondement de la culture japonaise aujourd'hui.

Une fois la Constitution en place, le prince a entrepris d'enrichir davantage son pays en invitant des universitaires de Chine et de Corée à venir au Japon et à enseigner à son peuple l'astronomie, la géographie, la médecine et d'autres sciences.

Pendant ce temps, le prince est devenu lui-même un érudit, écrivant des commentaires et donnant des conférences sur le Sutra du Lotus, le Rugissement du lion de la reine Shrimala Sutra et le Vimalakirti Nirdesha Sutra.

Il a également compilé une histoire complète du Japon et développé des programmes sociaux et des travaux publics tels que des douves et des routes au profit de son peuple.

Ayant inauguré ce que les historiens appellent un âge d'or au Japon, Shotoku mourut à l'âge de 49 ans dans son sommeil en 622 de notre ère.

Vous pouvez aussi visiter les autres jardins de Kyoto, notamment le jardin du Kennin-ji.

jardin japonais kyoto

Découvrez les autres jardins de

kyoto

De magnifiques jardins vous attendent...Qui sait, vous en voudrez peut-être un chez vous...