HomeBlog zenJardins de KyotoGinkaku-ji

Ginkaku-ji

Le Ginkaku-ji est un temple bouddhiste de Kyoto, situé au nord-est dans le quartier de Higashiyama.

Il a été construit en 1482 par le shogun Ashikaga Yoshimasa, qui voulait rivaliser avec Kinkaku-ji, le pavillon d’or, construit par son grand-père Ashikaga Yoshimitsu.

Le Ginkaku-ji a été construit pour servir de retraite dans le calme et la solitude pour le shogun. Pendant son règne en tant que shogun, Ashikaga Yoshimasa a donné un nouvel élan à la culture traditionnelle, maintenant connue sous le nom de « Higashiyama bunka », la « culture de la Montagne de l’est ». 

La seconde des deux structures survivantes de la construction d’origine s’appelle le Tōgudo. Achevé en 1486, donc toujours à l’époque de Muromachi, il contient le plus vieil exemple qui ait survécu de shoin (petit cabinet de travail) et qui servit de chapelle privée à Yoshimasa.

Ginkaku-ji

Le pavillon d’argent de Kyoto ou ginkaku-ji

Inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO, le pavillon d’argent de Kyoto ne connaît pas le calme tant les visiteurs sont de plus en plus nombreux.

Shogun Ashikaga Yoshimasa

Ashikaga Yoshimasa est un shogun (dictateur militaire héréditaire) qui a contribué à promouvoir l’une des plus grandes époques culturelles du Japon.

Ses tentatives pour sélectionner un héritier, cependant, provoquèrent un conflit qui provoqua la grande guerre d’Ōnin (1467-1477). Ce conflit a non seulement dévasté la région autour de la capitale Kyōto et détruit nombre de ses grands trésors architecturaux, mais a également éliminé la fiction d’un contrôle central sur les régions périphériques du pays, déclenchant ainsi un siècle de guerre civile.

Yoshimasa a été proclamé shogun en 1449 à l’âge de 13 ans, à une époque où le contrôle central sur la campagne commençait à se détériorer, avec la famine et la misère endémiques.

Alors qu’il n’avait que 29 ans, incapable de modifier ses conditions, Yoshimasa a décidé de se retirer du shogunat et de nommer son jeune frère comme son successeur. Avant que la succession puisse être effectuée, cependant, sa femme a eu un fils (1465), dont elle a demandé à être fait l’héritier.

Bien qu’inefficace en tant que shogun, Yoshimasa était un grand mécène des arts. Après sa retraite, il a construit le célèbre pavillon d’argent (Ginkaku-ji) dans la région de Higashiyama, ou Eastern Hills, de Kyōto.

Là, il pratiqua la cérémonie du thé japonaise dans un jardin de thé, qu’il développa en un art raffiné, et parraina de nombreux artistes, potiers et interprètes de nō (danse-drame classique) de renom.

Aujourd’hui, la période Higashiyama, comme cette ère culturelle est connue, est considérée comme l’une des plus grandes de l’histoire de l’art japonais.

Higashiyama bunka

Higashiyama Bunka ou « culture de la montagne orientale » est un certain segment de la culture japonaise créé et promu au 15ème siècle par le shogun Ashikaga Yoshimasa.

Basé en grande partie sur les idéaux et l’esthétique du bouddhisme zen et le concept de « wabi-sabi » (beauté dans la simplicité), « Higashiyama Bunka » centré sur le développement de « Sado » (cérémonie du thé japonaise), « ikebana » (arrangement floral), le théâtre nô et la peinture à l’encre « sumi-e ».

Une grande partie de ce qui est communément considéré aujourd’hui comme la culture traditionnelle japonaise est née ou s’est développée au cours de cette période.

Vous pouvez aussi visiter les autres jardins de Kyoto, notamment le Enko-ji.

Jardin Solaire, le spécialiste du jardin zen vous invite à venir discuter de votre projet de jardin.

+33 07 87 13 04 37

Entreprise
Nous suivre

Jardin Solaire © Architecte Paysagiste Jardin japonais traditionnel & contemporain – Mentions légalesConditions générales de vente