Jardin mésopotamien

Vous avez envie de reconstituer un jardin mésopotamien, un beau jardin antique chez vous, pour un jardin d’entreprise ou pour un parc ?

Mythe et origine

C’est en mésopotamie, il y a près de six mille ans que sont apparues les premières oasis comme réponse à un changement climatique.

Lorsque vers 4000 ans avant JC, le climat s’assèche, les pasteurs remontent vers le nord pour trouver l’eau nécessaire à la culture.

La mésopotamie fut une terre d’horticulture. Un mythe nous raconte la création de ce premier jardin.

Le Dieu créateur ordonna à un corbeau d’utiliser le khôl divin pour fabriquer la semance du premier arbre : le palmier. Mais le premier jardinier du lieu (le fils du dieu) eut beau dépenser toute son énérgie, un vent violent déracinait toute plantation. Après avoir longuement observé les étoiles et médité les destins assignés par les dieux, il trouva remède à ses maux.

Il planta des peupliers, qui mirent le jardin à l’abri des tempêtes et lui procurèrent de l’ombre

Comment est organisé le jardin mésopotamien ?

Le jardin est un lieu où les végétaux croissent selon trois plans superposés : à l’ombre des palmiers dattiers se dressent les arbres fruitiers ou d’ornement, au pied desquels poussent fleurs et légumes.

Ceci nous fait penser aux célèbres jardins de babylone, une merveille du monde disparue.

Les luxuriants jardins assyriens étaient arrosés par l’eau amenée par des aqueducs.

L’auteur de l’épopée de gilgamesh décrit la ville d’Uruk : un tiers y était habité ; un tiers laissé à l’abandon, servait de glaisière; et enfin le dernier tiers était couvert de jardins.

Deux sortes de jardin mésopotamien

Il existe deux sortes de jardin mésopotamien :

  1. Les paradis : des jardins qui s’apparentent aux jardins perses. Des jardins entourés d’un mur.
  2. Les jardins des délices ou jardins d’amour kiri lali ou kiri shihati : cette dernière expression peut dire aussi bien l’acte de rire que celui de jouir.

Les jardins de nimrud

Vers 2000 avant JC, en Assyrie, l’existence de grands jardins publics est attestée. A Nimrud, Assurnazirpal 2 amène par canaux l’eau des montagnes pour irriguer un jardin planté de vignes et de nombreuses essences d’arbres : pommier, poirier, cognassier, amandier, cèdre, et le cyprès. Plantes et arbustes à fleurs agrémentaient également ces jardins.

Un lieu aéré et ombré

Dans un pays ayant beaucoup de soleil, le jardin est un lieu aéré et ombré où il est agréable de séjourner. Pourtant, c’est le centre de multiples activités.

Le jardin d’agrément est particulièrement admiré par les rois assyriens de la fin du 2 et ceux du 1èr millénaire. Une influence levantine aurait tracé le chemin des jardins mésopotamiens. Alors que dans les jardins levantins la nature est contrainte à l’extrême, chaque plante étant émondée et taillée, les jardins royaux assyriens et babyloniens se veulent des imitations de la nature.

Au premier millénaire, chaque ville importante dispose de jardins en terrasses sur voûtes.

Certains indices donnent à penser que l’alimentation en eau des parties hautes de ces jardins se fait au moyen d’un système à vis sans fin contenues dans des cylindres, l’ancêtre de la célèbre vis d’archimède.

La mosaïque est aussi employé comme procédé de décoration. Aux 4 et 3ème millénaire, des mosaïques de cônes d’argile colorés tapissent certains murs de bandes colorées disposées en chevrons ou en losanges, ou certaines colonnes en forme de troncs de palmiers qui encadrent des portes.

Les jardins suspendus de Babylone : merveille du monde

Compte tenu du statut quasi mythique des jardins suspendus de Babylone, revenons à une légende particulière qui raconte comment le souverain babylonien Nabuchodonosor I a peut-être construit ce jardin mésopotamien au 6ème siècle avant JC, en cadeau à sa reine Amytis. 

Au-delà de la nature particulière de ce « cadeau », c’était la pensée qui comptait, puisqu’Amytis venait de la Médie, la région correspondant à peu près à la partie nord-ouest de l’Iran actuel, et elle avait apparemment le mal du pays pour les vallées verdoyantes et la faune multiforme de son pays natal. Le roi trouva ainsi la solution de créer une « merveille » florissante pour sa femme au cœur même de la Mésopotamie.

jardin mésopotamien
Les jardins suspendus de Babylone : mythique jardin

Il y avait aussi, à côté de l’acropole, le Jardin suspendu, comme on l’appelle, qui fut construit, non par Sémiramis, mais par un roi syrien ultérieur pour plaire à l’une de ses concubines ; car elle, dit-on, étant une Perse de race et désireuse des prairies de ses montagnes, demanda au roi d’imiter, par l’artifice d’un jardin planté, le paysage si particulier de la Perse.

Le parc s’étendait sur quatre pléthres de chaque côté, et comme l’approche du jardin était en pente comme une colline et que les différentes parties de la structure s’élevaient les unes des autres, gradins sur gradins, l’apparence de l’ensemble ressemblait à celle d’un théâtre.

Quand les terrasses ascendantes avaient été construites, on avait construit au-dessous d’elles des galeries qui portaient tout le poids du jardin planté et s’élevaient peu à peu les unes au-dessus des autres le long de l’approche ; et la galerie supérieure, haute de cinquante coudées, portait la plus haute surface du parc, qui était au niveau du mur d’enceinte des remparts de la ville.

De plus, les murs, qui avaient été construits à grands frais, avaient vingt-deux pieds d’épaisseur, tandis que le passage entre chacun des deux murs avait dix pieds de large. Le toit au-dessus de ces poutres avait d’abord une couche de roseaux posés en grandes quantités de bitume, sur ces deux couches de briques cuites liées par du ciment, et comme une troisième couche de revêtement de plomb, afin que l’humidité du sol ne puisse pas pénétrer en dessous.

Sur tout cela encore, la terre avait été entassée à une profondeur suffisante pour les racines des plus gros arbres ; et le sol, une fois aplani, était abondamment planté d’arbres de toutes sortes qui, par leur grande taille ou par tout autre charme, pouvaient faire plaisir au spectateur.

Et comme les galeries, dépassant chacune l’une de l’autre, recevaient toutes la lumière, elles renfermaient de nombreux logements royaux de toutes sortes ; et il y avait une galerie qui contenait des ouvertures partant de la surface la plus élevée et des machines pour alimenter les jardins en eau, les machines soulevant l’eau en grande abondance de la rivière, bien que personne à l’extérieur ne pût voir cela se faire. Or ce parc, était une construction postérieure.

Théorie de ninive et de Sennachérib comme auteur des jardins suspendus 

Des recherches menées à la fin du XXe et au début du XXIe siècle ont suggéré que les théories populaires selon lesquelles les jardins suspendus avaient autrefois prospéré à Babylone au sommet d’un toit ou d’une ziggourat en terrasse étaient peut-être des idées fausses.

Au lieu de cela, une théorie ultérieure a postulé que, en raison de la confusion entre les sources classiques, les jardins suspendus pourraient bien avoir été ceux construits par Sennachérib (705/704-681 avant notre ère) à Ninive.

Cette recherche a suggéré que les jardins étaient aménagés sur une construction en pente conçue pour imiter un paysage naturel de montagne et qu’ils étaient arrosés par un nouveau système d’irrigation, utilisant peut-être tôt ce qui serait finalement connu sous le nom de vis d’Archimède.

Sennachérib est considéré comme s’intéressant beaucoup à la construction de jardins et de terres cultivées, ainsi qu’à leurs systèmes d’irrigation. Autour de sa capitale, il établit des plantations d’arbres fruitiers et des parcs d’arbres et de plantes exotiques ; parmi ses introductions figurait le cotonnier, décrit comme « l’arbre à laine ».

Pour irriguer les plantations, pour lesquelles les fleuves Tigre et Khosr tombaient parfois trop bas, Sennachérib chercha des sources et des ruisseaux dans les collines au nord de Ninive et les conduisit par 10 km de canal et un aqueduc de pierre massif pour alimenter le Khosr.

Sennachérib a prétendu être « d’une compréhension intelligente », une vantardise soutenue par ses initiatives en matière de technologie. Il fit entreprendre des prospections pour de nouvelles sources d’albâtre et de pierre de construction, et il découvrit de nouveaux peuplements de bois géant dans les forêts de montagne. Il a conçu une nouvelle méthode de moulage du bronze moins laborieuse et a introduit un équipement plus pratique pour élever l’eau des puits.

Il montra une capacité logistique considérable lors de son attaque maritime sur Elam, au cours de laquelle des navires construits à Ninive furent emmenés par des marins phéniciens sur le Tigre, par voie terrestre jusqu’à un canal de l’Euphrate, puis vers le golfe Persique.

La tradition classique gardait un souvenir des activités de Sennachérib non seulement en Babylonie mais aussi en Cilicie, où l’on lui attribuait la construction de Tarse, sur le plan de Babylone. Il a également été crédité de la construction d’un temple à Athènes.

Une théorie soutient que les célèbres jardins suspendus de Babylone, dont les traces définitives n’ont pas encore été trouvées, ont été construits par Sennachérib à Ninive. L’histoire d’Hérodote d’une tentative d’invasion de l’Égypte contrecarrée par des souris mangeant les cordes et les carquois assyriens peut refléter une épidémie de peste pendant la campagne palestinienne de Sennachérib ; cela sous-tend peut-être l’histoire (dans 2 Rois 19:35 ; Isa. 37:36) de la décimation de l’armée assyrienne par l’ange destructeur de Dieu, qui a inspiré le poème de Lord Byron « La Destruction de Sennachérib ».

Jardin solaire, en tant qu’architecte paysagiste patrimoine spécialisé peut vous aider à reconstituer ce type de jardin…

Le jardin mésopotamien, c’était bien ? Vous allez aussi adorer le jardin romain !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués. *

Top