Jardin romain

Vous avez envie de reconstituer un jardin romain antique ?

Les Romains ne peuvent pas ignorer les apports grecs dans les jardins. Les termes peris stylon (colonnade), ornithon (volière), peripteros (pergola) ou topiarus ( jardinier) signent l’extension de la maison romaine vers l’extérieur.

Origine du Jardin romain

Les Romains se sont emparés sans la moindre humiliation des valeurs qui fondent la Grèce. Cependant, selon certains écrits, ils ont aussi donné forme aux jardins auxquels les Grecs avaient rêvé. Le jardin romain est donc une sorte de continuation des idéaux grecs en terme paysager.

Le locus amoenus n’atteint son apogée qu’entre les premiers jardins de Lucullus aménagés à Rome à son retour des conquêtes orientales en 60 avant JC et celui de l’empereur Hadrien en 124.

Rien n’illustre mieux que l’adoption par les Romains de la tradition homériques. Les vergers d’Alcinoos ou ceux de Laërte décrivent des jardins plus beaux que nature ayant pour symbole la fécondité et l’abondance.

jardin romain
Jardin romain : villa d’hadrien

Dieux et forêt

Au début : Diane d’Aricie et ses nymphes, son émissaire Dionysos et les satyres. Les forêts nuisent à l’existence humaine et représente un obstacle à l’expansion agricole, à la conquete, à l’hégémonie et à l’homogénéisation du territoire. Cependant, les romains vont malgré tout préserver ces bois sacrés grec.

Des divinités chtoniennes comme Saturne, Janus ou Vulcain, des déesses de la fécondité et de la fertilité, des forces divines plus proches de la famille comme les Lares ou les pénates. Ceux-ci se partagent la protection de l’hortus groupant villa et terres cultivés.

Le foyer domestique est dédié aux Pénates et le jardin nourricier, l’hérédium est consacré aux Lares ( fécondité ), dieux d’origine étrusque.

Priape, dieu originaire de lampsaque, ancienne cité grecque, devient progressivement un dieu de la campagne et de la fécondité mais incarne également le sentiment religieux et naturaliste du jardin primitif.

Caractéristiques du jardin romain : plantes, légumes et fruits

Les végétaux les plus cultivés sont le pois, l’oignon, le navet-rave et le chou (le premier de tous les légumes selon Caton).

La production de l’olive occupe également une place importante. Concernant le verger, les fruits les plus utilisés sont les coings, les pommes, les grenades, les poires ou les cormes.

Pour le cultivateur romain, les éléments naturels sont dotés de la faculté de penser et ceux-ci peuvent donc agir sur eux.

La fève est également un des légumes les plus consommés et joue un rôle dans la métempsycose : la transmigration des âmes. Ce légume joue un rôle important dans les Lémurales, fêtes destinées à conjurer le mauvais sort et les esprits malfaisants.

Eau et irrigation

Les propriétaires d’une maison peuvent collecter l’eau de pluie via le compluvium. Elle tombe dans un impluvium et peut ensuite être conservée dans une citerne située à proximité. Cette eau est utilisée pour l’arrosage des plantes.

Les romains on décliné l’eau sous toutes ses formes : jets d’eau, sources, cascades artificielles, rivières, piscine naturelle et bassins.

Les nymphées

Le nymphée n’a jamais perdu son aspect sacré. Avant d’être une fontaine d’eau, c’est une grotte au coeur d’un espace boisé et dédié aux nymphes (divinités de la nature liées à une source)

La prédominance de l’eau douce sur l’eau de mer explique pas mal de choses.

Le nymphée est orienté au Nord et apporte de la fraîcheur. Elle offre l’immobilisme afin d’échapper à la géométrie du monde extérieur.

Concernant les bassins dans les jardins romains, ils peuvent être d’eau douce ou bien d’eau salée (signe de richesse). Carré, rectangulaire ou circulaire, ils peuvent accueilir des végétaux, ce qui donne l’illusion dîle vertes entourées d’eau. Ils sont placés de façon à être vus des pièces de l’habitation et du triclinium.

L’apparition des jardins d’agrément montre le degré ultime de développement culturel dans une civilisation.

Par exemple, l’empereur Hadrien s’en sert comme une vitrine pour montrer la puissance de Rome.

locus amoenus

Locus amoenus ou ‘lieu de charme et de plaisir’ est une expression utilisée par les érudits modernes pour désigner le topos littéraire de la description d’ensemble d’un paysage idyllique, contenant généralement des arbres et de l’ombre, une prairie herbeuse, de l’eau courante, des oiseaux chanteurs et des brises fraîches.

Impluvium

L’impluvium est la partie enfoncée de l’atrium dans une maison grecque ou romaine. Conçu pour évacuer l’eau de pluie venant du compluvium du toit, il est généralement en marbre et placé à environ 30 cm sous le sol de l’atrium. Le nom est également utilisé pour un type d’habitation typique des Jola dans la région de Casamance au Sénégal.

Il s’agit d’un bâtiment en terre circulaire, construit avec un anneau de pièces autour d’une passerelle qui circonscrit une tranchée d’eau centrale, alimentée par une ouverture qui permet à l’eau de pénétrer dans le bâtiment. Les impluvia restent fraîches par temps très chaud car l’eau s’évapore.

Il y a un exemple particulièrement bel qui sert d’hôtel à Enampore. L’architecture impluviale est également utilisée par les Igbo, les Yoruba et les Edo du sud du Nigeria, dans lesquels ils se composent de petites cours cernées de grands pots pour recueillir l’eau de pluie. Les maisons Edo et Yoruba se composent généralement de plusieurs impluvia et tribunaux.

Le nombre et la taille de ces tribunaux dépendent du statut social et économique de l’individu. Les palais royaux du Yorubaland et du Royaume du Bénin possédaient des centaines d’impluviums parfois recouverts de pavés élaborés de tessons de poterie et de galets de quartz disposés en motifs décoratifs.

L’inspection des impluviums à Paestum, Pompéi et Rome par un ingénieur civil américain a indiqué que la surface de la chaussée dans les impluviums était poreuse ou que les carreaux de pierre non poreux étaient séparés par un espace suffisamment important pour permettre à une quantité substantielle d’eau de se déposer dans le bassin. de l’impluvium, filtrer à travers les fissures et à travers les couches de gravier et de sable dans une chambre de rétention souterraine.

L’ouverture circulaire en pierre permet un accès facile par seau et corde à cette alimentation en eau privée, filtrée et naturellement refroidie. Des approvisionnements en eau similaires ont été trouvés ailleurs dans les espaces publics de la ville avec le capuchon en pierre montrant les modèles d’usure de beaucoup d’usage.

Pendant les saisons humides, l’excès d’eau qui ne pourrait pas passer à travers le filtre déborderait du bassin et sortirait du bâtiment et tout sédiment ou débris restant dans le bassin de surface pourrait être emporté.

Par temps chaud, l’eau peut être tirée de la chambre de la citerne et jetée dans la piscine peu profonde pour s’évaporer et fournir un effet de refroidissement à l’ensemble de l’atrium.

Au fur et à mesure que l’eau s’évapore, l’air environnant se refroidit et devient plus lourd et s’écoule dans les espaces de vie et est remplacé par de l’air aspiré à travers le compluvium. La combinaison du compluvium et de l’impluvium a formé une manière ingénieuse, efficace et attrayante de collecter, de filtrer et de refroidir l’eau de pluie et de la rendre disponible pour un usage domestique ainsi que de rafraîchir les espaces de vie.

Biographie de l’ empereur Hadrien

Publius Aelius Hadrianus, mieux connu sous le nom d’Hadrien, fut l’empereur de Rome de 117 à 138. Il appartenait à une famille romaine aristocratique ayant des racines à Italica, en Hispanie. Après la mort de son père, il a été élevé par l’empereur Trajan de Rome qui était le cousin de son père.

Il a commencé sa carrière administrative en tant que magistrat mineur et a ensuite effectué trois mandats dans l’armée pour acquérir une expérience militaire. Plus tard, il est élu au Sénat et devient membre de l’entourage personnel de l’Empereur.

Il était proche de l’impératrice Plotine et épousa sa petite-nièce, ce qui le qualifia pour succéder à Trajan après sa mort. Contrairement à ses prédécesseurs, il n’a pas étendu l’empire romain, mais a consolidé son royaume et a apporté la paix et la prospérité. Il a construit des monuments et développé l’art et la culture.

Le mur d’Hadrien, qui protégeait son royaume des barbares, et son autobiographie sont remarquables. Il n’avait pas d’enfants et était ouvertement homosexuel, ce qui lui a valu d’adopter son successeur. Bien que son règne ait été entaché de controverses, il est entré dans l’histoire comme l’un des bons empereurs de Rome.

La volière de Lucullus reste aussi dans les annales, elle sert de salon dans lequel les convives peuvent manger et voir voler ce qu’ils mangent…

Besoin d’une reconstitution historique de jardin avec un paysagiste jardin historique spécialisé ?

Le jardin romain, c’était comment ? Vous pourriez aimer le jardin mésopotamien !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués. *

Top