Kodai-ji

Le Kodai-ji est un temple de la branche Rinzai, école du bouddhisme zen japonais, dans le quartier Higashiyama à l’est de Kyoto.

kodai-ji jardin de kyoto
Kodai-ji

Les origines du temple et l’école du bouddhisme zen

Il a été fondé en 1606 par Kita no mandokoro à la mort de son mari Tokugawa Ieyasu, pour honorer sa mémoire et prier pour lui. A l’origine le temple était recouvert de feuilles d’or.

Chaque automne, pendant la saison des momiji (Lorsque les feuilles des érables se colorent en rouge), le Kōdai-ji propose de mettre en lumière ses temples et ses magnifiques jardins.

Il est agréable de flâner dans le jardin de rochers ou sur les chemins du jardin japonais, le long du petit étang. Pour prolonger l’enchantement, des maisons de thé dont une dessinée par le célèbre maître de thé Sen no Rikyu (1522-1591) offrent un instant délicieux et permettent d’admirer le paysage tranquillement.

Le jardin du temple kodaiji

Le jardin japonais temple kodaiji a été conçu par le célèbre maître du thé, artiste et aristocrate Kobori Enshu (1579-1647), le jardin du temple est fait dans le style tsukiyama (jardin des collines).

Créé à l’aide d’étangs artificiels, de collines, de rochers et de pins, le jardin s’incline doucement vers les contreforts des montagnes et les forêts de bambous de l’intérieur et offre une belle variété de nuances en automne.

La salle Kaisan-dō et la plate-forme d’observation de la lune/passerelle couverte de Kangetsudai sont intégrées au jardin et peuvent être appréciées sous plusieurs angles.

La reconstruction du hall principal du kodai-ji

Au fil des ans, le temple Kōdai-ji a été ravagé par un incendie avec le reste de la capitale, l’incident le plus récent ayant entraîné la reconstruction du hall principal en 1912.

Malgré cela, l’Otama-ya, le Kaisan-dō et d’autres salles subsistent de la construction d’origine, et de nombreux trésors ont été magnifiquement préservés, comme une peinture de Hideyoshi, diverses œuvres textiles et une cloche en bronze portant l’année de fondation. Le temple expose ces artefacts dans son musée, le musée Kōdai-ji Shō.

Qu’est-ce que le momiji ?

Momiji est le mot japonais pour les feuilles d’érable teintées de rouge à l’automne. Kōyō d’autre part, désigne le processus naturel des feuilles changeant de couleur du vert au rouge en automne.

Maintenant, vous avez sûrement remarqué qu’ils utilisent tous les deux le même kanji. La signification historique et la traduction du kanji pour momiji sont « feuilles rouges ».

Chaque automne, tous les érables du Japon passent lentement d’un vert vif à un rouge cramoisi profond. Cela a attiré de nombreux visiteurs et est devenu une coutume saisonnière appelée momijigari, qui s’est traduite par la chasse aux feuilles rouges.

D’ou provient le terme bouddhisme zen ?

En fait, Zen dérive de Chan, qui à son tour dérive du dhyana hindou. Le terme dhyana, en lui-même, n’indique pas une école précise, mais seulement la pratique méditative.

Ce terme était déjà utilisé dans les Vedas et dans les Upanishads avec le sens de contemplation, méditation, et repris par les jaïnistes et les bouddhistes, ce n’est qu’avec la Bhagavad Gita d’abord et les Yoga Sutras de Patanjali ensuite, qu’il acquiert des caractéristiques techniques plus définies. Ainsi Chan (puis Zen), se référant à ce terme et à la pratique qu’il désigne, ont fait de la méditation le centre de la pratique.

Vous pouvez aussi visiter les autres jardins de Kyoto, notamment le Murin-an.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués. *

Top