Jardin medieval

Le Jardin médiéval et ses diverses formes

La pratique des jardins a été préservée dans les monastères. L'église, à cette époque se choisit pour symbole le jardin secret : l'hortus conclusus.

Princes, roi et poètes préfèrent l'hortus deliciarum dit le jardin paradisiaque. Ces deux métaphores sont l'essence du jardin médiéval.

Hortus conclusus : la vision allégorique Chrétienne

Le jardin médiéval est un jardin de rêve, un jardin secret et doté d'un puissant symbolisme religieux inspiré par la description de l'épouse, la bien-aimée, dans le cantique des cantiques.

jardin-médieval
Jardin médiéval, ses carrés potagers et aromates
Créer un jardin médiéval avec une fontaine de jardin centrale et des carrés potagers
"Elle est un jardin bien clos ma sœur, ma fiancée ; un jardin bien clos, une source scellée. Tes jets font un verger de grenadiers et tu as les plus rares essences : le nard et le safran, le roseau odorant et le cinnamome, avec tous les arbres à encens ; la myrrhe et l'aloès, avec les plus fins arômes"

Ce jardin médiéval devient une allégorie de l'église avec la Vierge en Gloire.

Hortus deliciarum : Une version plus littéraire

Dans erec et enide de Chrétien de Troyes (1168), le jardin enchanté est un paradis de fruits et de fleurs immortels, d'oiseaux chantant dans les arbres et arbustes. Mélange d'imagination et de réalité, ce sont des lieux idéaux, oniriques et allégoriques.

Le monastère idéal : saint gall

Nous disposons d'un plan détaillé d'un monastère idéal, Saint-Gall en Suisse. Trois jardins y sont représentés :

saint-gall
Jardin médieval
Voici un joli plan de saint gall et de ses trois jardins médiévaux
  1. Le Jardin de simples : près de l'infirmerie pour les plantes médicinales
  2. Le potager : avec laitue, oignons, betteraves, carottes et plantes aromatiques.
  3. Un cimetière : avec des arbres fruitiers plantés en espaliers.

Ces plans, les décrets carolingiens, un poème de Walafrid Stabo et un calendrier de jardinage ( wanderlbert de Prum ) permettent de se faire une idée plus précise du fabuleux jardin médiéval tel qu'il était à l'époque.

Chrétien de Troyes et les vergers au moyen âge

Et les vergers ? il n’en est jamais question si tôt dans une oeuvre de Chrétien de Troyes, et ils ne sont pas placés au centre de l’action principale. De plus, si au cours des aventures qui se déroulent dans la nature, au fil des différents romans, on ne compte plus les forêts, les bois, les essarts, les haies, mais aussi les landes, les champs, les plains, les prés, les prairies etc., il n’en est pas de même des vergers.

On relève en tout trente trois occurrences de vergers, et trois de jardins dans les cinq oeuvres Erec et Enide, Cligès, Le chevalier au lion, Le chevalier à la charrette, La queste du Graal...

Mais si les vergers jouent un rôle important dans l’action, ils ne sont jamais décrits de façon très précise : ainsi les seuls arbres nommés sont le siquamor et l’olivier verdeant.

On peut ajouter le poirier, nommé implicitement par son fruit, la poire. Il y a des fleurs, des fruits, des arbres, des antes, des feuilles, de l’herbe (la prairie), et c’est tout.

Poème de Walafrid Stabus et l'hortulus

Walafrid, alternativement orthographié Walahfrid, surnommé Strabon (ou Strabus, c'est-à-dire « aux yeux louches ») est un moine franc et un écrivain de théologie.

Le poème le plus célèbre de Walafrid Strabus ( 808-849 ) est l'Hortulus, dédié à Grimald. C'est le récit d'un petit jardin qu'il avait l'habitude de cultiver de ses propres mains, et se compose en grande partie de descriptions des diverses herbes qu'il y cultive et de leurs usages médicinaux.

La sauge tient la place d'honneur ; puis vient la rue, l'antidote des poisons ; et ainsi de suite à travers les melons, le fenouil, les lys, les coquelicots et de nombreuses autres plantes, pour finir avec la rose, « qui en vertu et en parfum surpasse toutes les autres herbes, et peut à juste titre être appelée la fleur des fleurs ».

Plantes médicinales dans le jardin médiéval

Les plantes, aux vertus médicinales précieuses au Moyen-Age, étaient également des instruments de plaisir. Elles étaient la base des parfums et des cosmétiques.

Souci des champs

Calendula arvensis

Bleuet

Centaurea segetum

Bourse-à-pasteur

Capsella bursa-pastoris

Moutarde des champs

Sinapsis arvensis

Lin purgatif

Linum catharticum

Mauve sylvestre

Malva sylvestris

Coquelicot

Papaver rhoeas

Chiendent Officinal

Elytrigia repens

Benoîte urbaine

Geum urbanum

Marronier d'Inde

Aesculus hippocastanum

Achillée millefeuille

Achillea millefolium

Pâquerette

Bellis perennis

Vergerette du canada

Erigeon canadensis

Hélichryse

Helichrysum stoecas

Camomille allemande

Matricaria chamomilla

Chardon-Marie

Sylibum marianum

Tanaisie

Tanacetum vulgare

Pissenlit

Taraxacum officinale

Tussilage

Tussilago farfara

Sisymbre

sisymbrium officinale

Millepertuis perforé

Hypericum perforatum

Lierre terrestre

Glechoma hederacea

Hysope

Hyssopus officinalis

Lavande vraie

Lavandula augustifolia

Origan

Origanum vulgare

Sauge officinale

Salvia officinalis

Plantain lancéolé

Plantago lanceolata

Aigremoine eupatoire

Agrimonia eupatoria

Grande ortie

Urtica dioica

Verveine officinale

Verbena officinalis

Pensée sauvage

Viola tricolor

Sureau noir

Sambucus nigra

Egopode

Aegopodium podagraria

Grande bardane

Articum lappa

Et bien d'autres plantes médicinales sont possibles pour agrémenter votre jardin du moyen âge !

Le jardin poétique du Moyen âge est le jardin du moi

L'amour de Moy, L'amour de Moy sy est enclose, En un jolly jardinet, Ou croist la rose et le muguet. Et aussi faict la passerose. Mon jardinet est si playsant, Et garny de toute flour; Et sy est gardé d'ung amant, autant la nuict comme le jour. Hélas ! Il n'est si doulce chose, que ce doulx roussignolet, qui chante cler au matinet : quand il est las, il se repose. Je la veis l'aultre jour cueillant, En ung vert pré la violette, et me sembla si advenant, et de beaulté la très parfaicte. Je la regarday une pose : Elle estoyt blanche comme let, et doulce comme une aignellet, Vermeillette comme une rose. Poème anonyme du 16ème siècle.

Vous souhaitez aménager un jardin médiéval ?

<