Tofuku-ji

Le temple du Tofuku-ji fut construit entre 1236 et 1255 sur les ruines du Hosshō-ji, appartenant au clan Fujiwara.

Le moine Enni (1202-1280), après son retour de chine, étudia une nouvelle forme de bouddhisme zen : un dérivé de la branche Rinzai.

Avec 22 mètres de haut, la porte Sanmon est très impressionnante.

tofuku-ji
Tofuku-ji

Le Tofuku-ji : un jardin de Kyoto qui mérite d’être vu

Le Tofuki-ji est composé d’un bâtiment entouré de 4 jardins zen, correspondant aux quatre points cardinaux.

Que ce soit pour sa promenade ou pour la visite de ses bâtiments, le Tōfuku-ji mérite d’être vu dans les jardins de Kyoto.

Hossho-ji 

Hosshō-ji était un temple bouddhiste du nord-est de Kyoto, au Japon, doté par l’empereur Shirakawa en accomplissement d’un vœu sacré. Le complexe du temple était situé à l’est de la rivière Kamo dans le district de Shirakawa ; sa principale caractéristique architecturale était une pagode octogonale à neuf étages.

Histoire du Moine Enni

Ben’en Enni est né dans la province de Suruga en 1202. Il retourna au Japon en 1241 et s’installa pendant un certain temps dans le nord de Kyushu, résidant à Sufuku-ji et Shoten-ji et travaillant à la diffusion des enseignements zen.

Il devint connu du régent Kujo Michiie, qui l’invita à Kyoto en 1243. Là, il fonda un temple appelé Tofuku-ji à l’endroit de Higashiyama où se trouvait la villa de campagne de Michiie. Il était en bons termes avec les membres de la cour et prononçait les vœux bouddhistes des empereurs à la retraite Gosaga, Gofukakusa et Kameyama. Il a également visité Kamakura et a compté l’homme d’État Hojo Tokiyori parmi ses convertis.

Il a eu de nombreuses relations étroites avec les anciennes sectes du bouddhisme et a occupé à un moment donné le poste de daikanjin à Todai-ji à Nara. Il a d’abord étudié les doctrines de Tendai et d’autres sectes plus anciennes du bouddhisme, mais a ensuite entrepris une formation zen auprès d’Eicho et de Gyoyo. Il se rendit en Chine en 1235 et voyagea de région en région pour visiter divers maîtres zen. Il a passé une longue période à étudier sous Wu-chu Shih-fan de Ching-shan, devenant avec le temps son héritier de Dharina.

Sa pensée représente un amalgame du Zen et des doctrines des sectes plus anciennes, et il est clair qu’il ne ressentait, comme certains dirigeants Zen, aucun antagonisme envers de telles sectes. Sa ligne d’enseignement, connue sous le nom de Shoichi-ha, s’est considérablement épanouie pendant un certain temps. Ses disciples les plus importants étaient Tozan Tansho, Mukan Fumon, Hakuun Egyo et Muju Dogyo.

Vous pouvez aussi visiter les autres jardins de Kyoto, notamment le jardin du kodai-ji.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués. *

Top